SISTERON « Perle de Haute Provence », ville fleurie de 8000 habitants, à 485 mètres d'altitude, 135 km de Marseille et de Grenoble, 180 km de Nice, ville natale du poète Paul Arène 1843-1896.
Sur la Route NAPOLEON, au bord de la Durance, SISTERON est une halte privilégiée entre les Alpes et la mer "ici un pays finit, un autre commence" et marque le passage entre la Provence et le Dauphiné. Sisteron, une ville insolite par sa beauté, sa lumière, sa couleur.
Une ville insolite par son histoire où se relaient bonheur et malheurs, gloire et misère.
Une ville insolite par ses monuments nombreux, riches, hors du commun. : C'est surtout une ville fortifiée pittoresque, car sa situation naturelle au bord de la cluse de la Durance attire et retient le regard.
St-Dominique et St-Marcel

SAINT-DOMINIQUE

Face à la ville ancienne de Sisteron sur la rive opposée de La Durance, l’ancien couvent des Dominicains se situe au faubourg de La Baume, au pied du majestueux rocher. Il attire le regard par son imposant clocher roman effilé.

L’église actuelle date du 13ème siècle. Cet édifice est classé aux Monuments Historiques en 1963. Divisé en trois nefs aboutissant chacune sur une abside, il conserve, malgré de nombreux remaniements notamment suite aux Guerres de Religions et la Révolution Française, un ensemble gothique homogène parmi les plus importants des Alpes-de-Haute-Provence. Le clocher est surmonté d’une reproduction du ‘’ Diamant de la Reine Jeanne ‘’. Le cloître attenant, de vaste dimension à l’origine, conserve plusieurs enfeus. L'un d'eux encadre une fontaine, sur laquelle est inscrite la date de 1562.

Chaque été, l’église à ciel ouvert sert de cadre grandiose aux représentations des Nuits de la Citadelle.

SAINT-MARCEL

 

A proximité du couvent des Dominicains se trouve Saint Marcel, ancienne église paroissiale du faubourg de La Baume.

Cet édifice classé Monuments Historiques en 1984, a été édifié au 12ème siècle, puis rehaussé au 17ème siècle (selon l’inscription mentionnant ‘’1644’’) et enfin agrandi au 18ème siècle. L’extérieur empreint de simplicité ne laisse pas deviner un décor intérieur riche. Cependant à l'intérieur vous trouvez notamment une vaste fresque datant du 17ème siècle, un ensemble de stalles en noyer, un maître autel, un vitrail d' Eliane Manière et un chemin de croix de l’artiste Frédérique Maillart.

Au nord de la chapelle autour d’une placette agrémentée d’un porche, outre l’ancien hospice des moines de Chardavon, l’ancien refuge des évêques de Gap construit au 16ème siècle se distingue par sa tourelle. La Baume a en effet été dépendant de l’évêché de Gap jusqu’à la fin du 18ème siècle.